LANGUES RA

Tunisie Bizerte


21 juillet 1959
Henri Tonneau sera affecté à la base de Bizerte (Tunisie), il s’occupera du service de renseignements, et cela jusqu’à son démantèlement, il rentrera en France en février 1964.

Le capitaine Tonneau (H.E.J.) du S.T.R.O./B.I.
A dirigé sous les ordres du vice amiral Amman, commandant supérieur de la base stratégique de Bizerte, en septembre 1961, le service spécial dont il était chargé avant comme pendant les opérations de dégagement de la base stratégique de Bizerte. Il fera parti des derniers français qui quitteront cette base de Bizerte

L’affaire de Bizerte
La crise de Bizerte s’est produite durant l’été 1961, c’est un conflit diplomatique et militaire qui a opposé la France et la Tunisie, qui était devenue indépendante depuis le 20 mars 1956. L’objet de la discorde le sort de la base navale militaire de Bizerte restée en mains françaises et de sa rétrocession à la Tunisie.

Dès l’indépendance de la Tunisie, la France a conservé des bases militaires à Bizerte et au sud Tunisien. Bizerte est un pilier de la défense alliée en Méditerranée, elle occupe une position stratégique, dans une sorte de goulet, on redoutait à l’époque un troisième conflit mondial, donc important pour la défense.

Il y avait un accord franco-tunisien de juin 1958, qui stipulait le retrait des troupes françaises de tout le territoire tunisien, sauf Bizerte, qui devait faire l’objet de négociations à une date ultérieure, mais la France était occupée avec la guerre d’Algérie, et la Tunisie soutenait les rebelles algériens, et aucune négociation n’était alors possible

L’affaire de Bizerte, rebondit au mois d’avril 1961, les français organise des travaux d’élargissement de la piste d’atterrissage de la base militaire, ils préviennent les  autorités tunisiennes après le démarrage des travaux. Les tunisiens font le blocus autour de la base et entame la construction d’un mur avec des barbelés, et mettent en place des kilomètres de tranchées, des milliers de jeunes volontaires tunisiens affluent vers Bizerte

Bourguiba impose à la France d’évacuer Bizerte, le général de Gaulle refuse,  la France ne négociera pas sous la menace, et déclenche une intervention militaire, les troupes de la base sont mise en alerte.

Les Tunisiens attaquent le 20 juillet à la première heure. Il faudra trois jours de combat acharné mêlant artilleries, blindés et avions de chasse, du côté français il y aura quelques dizaines de morts, et du côté tunisien quelques centaines et de nombreux prisonniers.

L’Assemblée générale des Nations-unies condamne la France, celle-çi quitte Bizerte, sept ans après l'indépendance de la Tunisie et deux ans après la bataille, tous les bâtiments de la marine française quittent la rade le 15 octobre 1963.


La base de Bizerte en 1961